vendredi 4 septembre 2015

Denis Roche

«Quand on écrit, on ne se "met" pas dans l’écriture, quel que soit le genre auquel on s’adonne, autobiographie, introspection, etc. Avec le retardateur, on "entre" dans la photo… Différence encore: avec la littérature où on ne peut que parler du temps sans jamais le montrer. On disserte sur le temps, on ne le figure pas. Avec la photo, oui.» Et dans Libération: «Ce qui m’obsède dans la photo c’est le silence, et ce silence vient en partie du noir et blanc. Ce mot de silence ne vient pas naturellement à propos d’un tableau ou d’une photo couleur. Le noir et blanc correspond à l’idée première de la photo, cette folie d’arrêter le temps ne serait-ce qu’une fraction de seconde, et cette intention est profondément émettrice de silence. La photo émet du silence.»

Aucun commentaire:

Publier un commentaire